DOSSIERS – Passer la ménopause en douceur avec l’aide des plantes

C’est la période pendant laquelle s’installe la cessation des règles (vers l’âge de 50 ans ) plus précoce vers 40 ans plus tardive vers 60 ans.Dans certains cas, il peut se produire des phénomènes de carences oestrogéniques avec sécheresse des muqueuses génitales, modification de la peau, de la pilosité, du comportement, de l’humeur, (bouffées de chaleur plutôt nocturne) parfois des troubles cardiaques (hypertension artérielle, palpitation, maux de tête). En occident, cette transition est peut-être plus difficile à assurer du fait de la contrainte sociale, car dans notre société, il faut rester jeune, belle et mince. Bien sûr les plantes sont là pour nous aider à passer ce cap, important pour la vie d’une femme. D’autres traitements peuvent être envisagés grâce aux découvertes actuelles, il faut considérer chaque technique afin d’arriver aux meilleurs résultats. Il ne faut pas perdre de vue que la ménopause est un mécanisme physiologique, elle ne devient pathologique que dans certaines circonstances. Cependant, la nature est là pour nous aider dans la plupart des cas. Et rappelons-nous aussi qu’avant nous, bien d’autres femmes ont traversé la ménopause avec l’aide précieuse de nos amies les plantes !

Lors de la préménopause avec période hyperoestrogénique :

le gattilier : gattilier.jpg est anti-oestrogénique.

Pour la deuxième partie du cycle, la sécrétion lutéale (production de progestérone) se fera avec :

l’achillée : 

l’alchemille : alchemille.jpg

la réglisse : fleur_reglisse.jpg

En cas d’insomnies ou d’irritabilité , l’aubépine sera d’un grand secours. mais n’oublions pas une plante très discrète dont on parle très peu,

l’ASPERULE ODORANTE :,

qui saura nous apporter le calme, le sommeil et une meilleure digestion ( grâce au coumarine, qui lui donne aussi ce parfum délicat qui l’a fait appeler aussi muguet des bois, autrefois utilisée pour parfumer le linge dans les armoires). Il ne faut pas la faire bouillir !

A la ménopause :

la sauge : 
sauge.jpg

le saule : saule.jpg,

le houblon : houblon.jpg



la réglisse
le souci ont des propriétés oestrogéniques.

la prêle : prele_.jpg

l’ortie : ortie.jpg

toutes deux riche en fer et en silice sont de puissants reminéralisants.


Les huiles d’onagre et de bourrache riches en acides gras essentiels nous aident à surmonter la sensation de gonflement, de fatigue, de mauvaise humeur, permettent l’élasticité de la peau et son hydratation.

De plus, il est bon d’apporter dans l’alimentation les fruits et légumes suivants : abricots, bananes, carottes, châtaignes, chou, dattes, figues, noisettes, seigle,lin, tandis que l’on augmentera la consommation de poisson gras (sardines, maquereau) : lisez à ce sujet l’article sur les oméga.

Bibliographie : Les hormones végétales naturelles des Docteurs RUEFF et NAHON – Editions JOUVENCE.http://web.archive.org/web/20071020063558if_/http://rcm-fr.amazon.fr/e/cm?t=lesplannatu-21&o=8&p=8&l=as1&asins=288353117X&IS1=1&fc1=000000&lt1=_blank&lc1=006600&bc1=ffffff&bg1=ffffff&f=ifr

En médecine chinoise, les règles sont sensées apparaître à l’âge de 14 ans et se terminer à 49 ans (la vie d’une femme est comptée en période de 7 ans). La ménopause est associée à un épuisement graduel du rein (jing). La faiblesse du rein en vieillissant fait apparaître des cheveux gris, parfois la perte de l’ouïe. Les reins sont en relation avec l’élément EAU. Un dérèglement pourra faire apparaître un embrasement du FEU ce qui produira de l’irritabilité, des sueurs, des bouffées de chaleur et des vertiges. La faiblesse du yin et du yang du rein se traduit par des maux de dos, l’alternance de bouffées de chaleur et de sensations de froid, des vertiges et des bourdonnement d’oreille. Si l’excès de feu du foie s’associe, il peut y avoir des fringales et une détresse émotionnelle.

La ménopause de type chaleur :

symptômes : bouffées de chaleur ou sueurs nocturnes, anxiété, mauvaise concentration et mémoire à court terme, perte de confiance en soi, insomnie, douleur lombaire, sécheresse vaginale, constipation

herbes à consommer : qui nourrissent le rein.

La ménopause de type froid :

symptômes : bouffées de chaleur moyennes, dépression, prise de poids, rétention d’eau et oedèmes, mauvaise concentration et mémoire à court terme, perte de confiance en soi, mal au dos, fatigue et selles liquides.

herbes à consommer : qui fortifient le rein


Dang Qui : dang_qui.jpg l’herbe des femmes ou son nom latin angelica sinensis est une plante utilisée pour les problèmes féminins dans la pharmacopée chinoise , elle est aussi connue que le ginseng. C’est l’équivalent de notre angélique. Les principales propriétés de Dang Qui : tonique sanguin, emménagogue, analgésique, sédative. Ses principales indications : ménopause, troubles du sang, aménorrhée, douleurs du post-partum, douleurs rhumatismales. Les recherches pharmacologiques confirment ces propriétés, notamment la présence de phyto-oestrogènes.

L’état du sang est particulièrement important dans la santé de la femme, lorsque celui-ci est en bonne santé, il prévient les problèmes liés aux règles, à la grossesse, à la ménopause.

Enfin, nous pouvons aussi parler des hormones végétales.

Les plantes du genre DIOSCOREA 

ou igname  contiennent des constituants capable de fournir la diosgénine, précurseur de la progestérone.


Le YAMS
 yams.jpgmexicain permet de fournir à l’organisme un précurseur hormonal naturel que l’organisme transforme en progestérone ou en DHEA, connue pour son action anti-vieillissement.